logo

theme

Géologie

Rattachée à la cuvette qui assure la transition entre le Haut Atlas et l’Anti Atlas, la région recèle un couloir minéralisé en Manganèse. Le bloc dolomitique (Cénomano-turonien), horizon porteur de cette minéralisation manganèsifère, repose sur un terme détritique (Infracénomanien) et a pour toit un empilement d’argiles rouges à gypse (Sénonien).

carte geologique

Affectée de plis en genou et de failles en touches de piano à faibles rejets, le gisement se présente sous forme d’une bande allongée ENE-WSW sur plus de 20 km. Cette bande est constituée elle-même de lentilles subhorizontales pouvant atteindre deux kilomètres de longueur dans l’axe du gisement et une largeur de quelques centaines de mètres (400 à 600m). Elles se rejoignent entre elles par de minces couches de manganèse. Ces lentilles correspondraient à des chenaux minéralisés.

La minéralisation est constituée de deux couches plus ou moins continues baptisées C1 & C2 localisées à la base de la barre dolomitique et, secondairement, d’une troisième au toit immédiat qui couronne la dolomie fossilifère. Le minerai compte essentiellement des oxydes de manganèse (pyrolusite et psilomélanes) et, d’une manière accessoire, des oxydes de fer (hématie, goethite, etc.).

couche geologique

La couche C3, dans la partie principale du gite, se localise là où existent les couches C1 et C2. Sa morphologie, bien que souvent stratiforme, se caractérise par la présence d’amas plus ou moins diffus associés à des veinules isolées.

L’origine du manganèse est à rechercher dans le lessivage, le transport et le dépôt du minerai primaire arraché aux dykes lardant les laves du PIII... De surcroît, le remaniement karstique est à prendre en considération. Cette complexité se traduit ici et là par une lamination des éléments de l’entre-deux et des minéralisations.

Les travaux portant sur une maitrise avertie du gisement ont conduit à étaler la cartographie vers la zone d’Anghessa; continuité Nors Est du couloir minéralisé.

carte Anghessa

Morphologiquement, le couloir minéralisé disparait en tunnel, à partir de Bou Agguiuon, sous un empilement de terrains de couverture. Ce n’est qu’à la faveur de quelques boutonnières que l’on observe le bloc dolomitique porteur de la minéralisation manganèsifère.

Le dispositif des terrains est affecté par de larges ondulations de directions orthogonales. De ce fait, on a des plongements vers l’Est et des basculements vers le Sud. Les trois coupes accompagnant la carte révèle l’aspect ondulé des terrains. La tectonique cassante y est insignifiante mis à part quelques décrochements et des failles à faibles rejets.

On note la présence de C3 dont la puissance peut atteindre le seuil de 1 m. Le minerai à faciès métallurgique est accompagné de composés de fer. Vraisemblablement, le couloir minéralisé est à rattacher à une bande issue de Bou Agguioun et contournant, au-dessous des assises de J. Isk, la localité d’Anghessa. Reste à préciser le caractère des ouvrages de reconnaissance de C1 et C2 à désigner. Il s’agit certainement de puits d’une dizaine de mètres pour le Sud d’Anghessa et de deux sondages de 60 m pour son voisinage immédiat.

En parallèle, une campagne de reconnaissance par sondages dans un contexte où la géophysique autrefois testée n’a pas donné satisfaction avait été concluante...

Forage